Docteur Alexandre BAUD
Chirurgie Orthopédique et Traumatologie Sportive - Marseille & Etang de Berre

Fracture sur Prothèse


Introduction

Les fractures péri-prothétiques concernent les fractures survenant sur un segment osseux porteur d’une prothèse. Elles sont des complications rares (0.3 à 3% selon les séries) mais grave à plus ou moins long terme des arthroplasties de hanches et de genoux avec un taux de complication post-opératoire >25% des patients réopérés.

 

L'allongement de l'espérance de vie de la population et l’augmentation constant du nombre de patient porteur de prothèse font que leur prévalence est en augmentation.

Quels sont les facteurs de risque d’une fracture péri-prothétique ?

Elles surviennent généralement après un traumatisme mineur tel qu’une chute de sa hauteur, chez une personne âgée présentant des comorbidités. Les facteurs de risque identifiés dans la littérature comprennent l’ostéoporose, la polyarthrite rhumatoïde, les corticoïdes au long cours, les troubles neurologiques entrainant des chutes à répétition tels que la Maladie de Parkinson.

Cliniquement, elles se manifestent par des douleurs violentes, une impotence fonctionnelle, voire une déformation du membre.

Le diagnostic est posé sur les radiographies standards et le scanner complète le bilan lésionnel en permettant de mieux caractériser le type de fracture (scellement ou non de l’implant, orientation du trait de fracture) et planifier l’intervention.

Comment prendre en charge une fracture péri-prothétique ?

Plusieurs traitements peuvent être proposés selon le type de fracture, la qualité du stock osseux résiduel, l’ancienneté des implants et les antécédents du patient. En effet, si l’implant est toujours bien intégré à l’os, il est possible de réparer l’os autour de la prothèse par une ostéosynthèse. Dans le cas contraire, le chirurgien sera amené à changer la prothèse par des implants de reprise, et à reconstruire l’os en cas de pertes de substances osseuses.

Le traitement conservateur consiste à stabiliser l’articulation par une immobilisation le temps de consolidation. Il est réservé aux fractures stables avec un implant scellé à l’os.

Cas 1. Ostéosynthèse par cerclage d'une fracture du petit trochanter

Cas 2. Ostéosynthèse d'une fracture diaphysaire du fémur par plaque

Cas 3. Changement de tige et ostéosynthèse par plaque

Quels sont les objectifs de la chirurgie de reprise de prothèse ?

Le traitement des fractures péri-prothétiques est le plus souvent chirurgical. Il présente un triple objectif d’assurer la consolidation osseuse, la stabilité de l’implant, et la récupération fonctionnelle du patient avec une reverticalisation et une remise en charge la plus précoce possible du patient.

Cette chirurgie est plus lourde pour le patient et plus complexe pour le chirurgien qu’une chirurgie arthroplastique de première intention. Le taux de complication est donc évidemment plus élevé, entre 25 à 75% des cas selon les séries, et nécessite une prise en charge multidisciplinaire par une équipe expérimentée.

Les complications précoces en lien avec l’opération sont les hématomes, les infections du site opératoire, et des lésions nerveuses. Les complications à moyen-long terme comprennent les luxations, les échecs d’ostéosynthèse (pseudarthrose) mais elles sont surtout liées à l’alitement prolongé (infection urinaire, constipation, désadaptation cardiovasculaire, décompensation de tares).


Articles similaires

Derniers articles

SOS Genou PACA

Fracture sur Prothèse

Le Cyclop Syndrom

Hypersensibilité aux métaux

Descellement Aseptique de Prothèse

Luxation de Prothèse

Infection sur Prothèse

Douleurs sur Prothèse

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.